40 ans et déjà 20 ans de carrière. Stéfano Accorsi nous prouve, après toutes ces années, que sa qualité principale est sans doute la patience. Car si l’acteur Italien a principalement tourné dans son pays, ces 5 dernières années nous ont prouvé le contraire. Voilà qu’il enchaîne les tournages en France et mène sans complexe sa carrière des deux côtés de la frontière. Et il ne compte pas s’arrêter là. Bel exemple d’acteur Européen. Espérons qu’il n’ai pas envie d’aller croquer the big apple!

Stephano sort un film cette semaine « Tous les soleils » de Philippe Claudel. Voici un petit résumé de son parcours.

 

Stefano Accorsi est né à Bologne. C’est en regardant les films de Sergio Leone que sa vocation se dessine. Quand il répond à une petite annonce pour un rôle dans le film « Frères et Sœurs » de Pupi Avati, c’est le début de l’aventure. Il s’inscrit alors à l’école de théâtre de Bologne et en ressort en 1993 pour intégrer ensuite le théâtre « Bologna Arena », où il se produit dans différentes pièces du répertoire classique allant de Pirandello à Goldoni. Mais c’est grâce à une publicité pour la glace italienne « Maxibon » que son visage devient très populaire en Italie.

Il enchaîne les petits rôles et en 1998, il fait la rencontre de Luciano Ligabue pour jouer dans  « Radiofreccia », film qui lui permet de remporter « le David di Donatello » (l’équivalent du César) du meilleur acteur. L’année suivante, il obtient un Grolla d’Oro du meilleur acteur dans « Un Uomo perbene » de Maurizio Zaccaro.  Il fait ses armes auprès de réalisateurs aussi divers que Maria de Medeiros avec « Capitaines d’avril » en 2000, ou avec Nanni Moretti dans « la Chambre du fils » en 2001 ( Palme d’or a Cannes) et il obtient le Nastro d’Argento de la critique italienne. C’est LE comédiens italien qui ne cesse de rafler des récompenses. On aime sa subtilité, son côté cabotin et sa fragilité assumée.

2002 marque un tournant dans sa carrière et dans sa vie sentimentale. Tandis que « Juste un baiser », de Gabriele Muccino est programmé sur les écrans Français, il commence à s’afficher au bras de sa compagne Léatitia Casta. Auprès de sa belle, il apprend le Français et commence peu a peu à tourner en France. Jouer en français lui donne une autre forme de liberté. On le découvre alors dans des productions telles que « Romanzo Criminale en 2005 de Michele Placido, dans « les Brigades du Tigre » en 2006 de Jérôme Cornuau, ainsi que dans « La Faute à Fidel » de Julie Gavras produit la même année, mais encore, dans la comédie romantique « Un baiser s’il vous plaît » réalisé par Emmanuel Mouret » en 2007 ou dans « Baby blues »  de Diane Bertrand. Et puis en 2010, Gabriele Muccino revient avec la suite de « Juste un baiser » avec son nouveau film « Encore un baiser ».

Stefano Accorsi a découvert depuis peu une nouvelle passion, celle de l’écriture. Il travaille sur le scénario d’un polar et n’exclus pas l’idée de passer un jour derrière la caméra. Attiré par le polar politique, il voue une admiration sans bornes pour des réalisateurs comme Jean-Pierre Melville ou Michael Mann. Un mélange qui risque d’être détonnant.

Géraldine