Longtemps indisponible en France, Pandora (réalisé en 1951) est ressorti cette année dans une copie restaurée aux éditions Montparnasse ici. Il est temps de re-découvrir la magnifique Ava Gardner toute en couleurs ainsi que les images intéressantes du chef opérateur Jack Cardiff. Une adaptation de la légende du Hollandais volant (pour ceux qui ne connaisse pas, un homme est condamné à errer à travers le temps, pour le meurtre de sa femme. Seul l’amour d’une autre femme, se sacrifiant pour lui, peut le sauver. ) du réalisateur Albert Lewin ( Le portrait de Dorian Grey ), baroque et émouvant.

Pitch : A la fin de l’été 1930, un corps est retrouvé sur la côte espagnole. L’oncle Geoffrey raconte… Pandora Reynolds est une belle chanteuse américaine, adulée de tous. Mettant ses prétendants à l’épreuve, elle demande à Stephen Cameron, un pilote automobile britannique, de jeter sa voiture du haut de la falaise. En échange, elle lui fait une promesse de mariage. Intriguée par un yacht appartenant à un certain Hendrick van der Zee, elle s’y rend à la nage… Ce dernier n’est autre que le Hollandais volant, un marin maudit condamné à naviguer éternellement qui n’est autorisé à vivre une vie humaine que six mois tous les sept ans. A moins qu’une femme n’accepte de mourir par amour pour lui…

PANDORA, de Albert Lewin