Les-conquerantsL

Résumé

Le résumé pourrait aussi bien être épique :
Une malédiction frappe Noé et Galaad depuis que leur père a subtilisé le graal de sa grotte pyrénéenne. A la mort de celui-ci, pour conjurer le sort légendaire, les deux hommes se décident à braver les dangers pour rendre à la montagne sa propriété.

Que social :
Noé et Galaad sont deux hommes que tout oppose sauf leur grande solitude et leur manque de réussite personnelle et professionnelle. Leur seul point commun, leur père, décède entraînant leurs retrouvailles brèves et tendues autour du cercueil. Quand le cancer dont souffre Galaad se révèle incurable, il convainc Noé d’exhausser la dernière volonté de leur père.

Critique

Film d’aventure, comédie sociale, road-movie, buddy-movie… il serait aussi difficile que futile de devoir classer ce film. Ode au mélange des genres, Les Conquérants repose sur la complémentarité du duo d’acteurs. D’un côté Denis Podalydès met sa douceur au service de Galaad, un comédien vieillissant, perpétuel amoureux et désireux de vivre pleinement alors que la mort s’annonce. De l’autre Mathieu Demy assèche son élocution et ses gestes pour incarner Noé, arrogant entraineur de football de 3ème zone. Les deux comédiens se renvoient les répliques – tantôt absurdes tantôt graves tantôt les deux – avec distance et sérieux et se jettent sportivement dans la quête du graal. Avec beaucoup d’habileté, le réalisateur Xabi Molia s’appuie alternativement sur l’un et sur l’autre pour provoquer chez nous le rire et les larmes. Dès la première séquence, l’enterrement du père, on est saisi par deux émotions contradictoires. Devant une assemblée en deuil, Galaad s’empare de sa guitare et interprète une chanson lui rappelant son père (que voici dans sa version originale ici ). La maladresse de son interprétation, ses vocalises aigues et expressionnistes, l’incongruité des paroles dans le contexte des funérailles imposent un comique de situation immédiat, on rit pleinement du ridicule. Mais en contrechamp nous apparait le regard de Noé, la gêne y cède progressivement la place à la tristesse, il se remplit de larmes. C’est drôle et plein de chagrin.

On trouve dans ce film les pouvoirs magiques du graal, un cheval qui vole, une bagarre avec un ours, Les Conquérants est un territoire où l’imagination n’a surtout pas de bride. Il ouvre un espace de liberté aussi vaste et périlleux que les montagnes des Pyrénées.

Sorti en salle en septembre dernier, Les Conquérants n’est pas resté longtemps sur les écrans. Pour ce deuxième film après le très délicat Huit fois debout, Xabi Molia a peut-être déconcerté la presse, les exploitants et les spectateurs par sa liberté de varier les registres. Sa sortie en DVD offre une nouvelle chance de le découvrir et de l’apprécier.

Morgane

DVD Les conquérants de Xabi Molia

2