hypocrate

 

Résumé

Benjamin rejoint l’hôpital comme interne, dans le service de son père, Professeur reconnu. La pratique est plus dure que la théorie. Abdel, co-interne étranger, travaille à ses côtés. La responsabilité est écrasante. Bientôt, Benjamin est confronté à des patients en détresse, à ses limites, à ses peurs, et aux règles implacables de l’hôpital.

Critique

Près de 450.000 entrées… « Hippocrate », second long métrage de Thomas Lilti, à ce jour distribué sur plus de 600 copies, est un succès incontestable au box-office, et ce n’est pas fini. Film de clôture de la dernière Semaine de la Critique lors du dernier Festival de Cannes, il met en scène brillamment le quotidien des équipes dévouées de l’AP-HP, de ce service public de la santé que certains naguère voulaient privatiser…

Vincent Lacoste est impeccable. L’approche juvénile et maladroite de son nouveau métier, le regard sur ce père à la fois envahissant et si absent ainsi que la certitude ébranlée d’appartenir à la caste des internes diplômés et solidaires, sont autant de facettes d’un personnage attachant. Reda Kateb incarne quant à lui avec beaucoup de justesse le médecin étranger compétent qui se heurte aux rigidités administratives et aux vieux restes d’un mandarinat totalitaire.

Ces deux êtres attachants nous mènent dans les couloirs de la maladie, de la mort mais aussi de l’espoir et de la raison, avec un rythme intense et un regard fort. Ce n’est sans doute pas un hasard. Thomas Lilti est à la fois médecin et réalisateur. En même temps. Deux métiers qu’il a mené de front, dépassant ainsi André Cayatte, ancien avocat devenu cinéaste, auteur notamment de « Nous sommes tous des assassins ». Pour Lilti, il y a une logique et un point commun à mener tout de front :  « le travail en équipe, une forme de hiérarchie et le contact avec divers corps de métier ». Une combinaison qui fait sens au cinéma et à l’hôpital.

Cette aventure humaine est transfiguré et donne un film fort qui remplit le vœu de son réalisateur dont« le désir de cinéaste est aussi celui d’aller vers une forme de divertissement ».

Il y a urgence à découvrir « Hippocrate ».

Charlie

3