la felicidad

Résumé

Santiago et Eugenio sont amis de longue date mais aussi associés dans le travail. Ils se comprennent sans se parler, se complètent et ne se quittent pratiquement jamais. Des parties de tennis au rendez vous d’affaires, ils sont inséparables etaucun n’a de secret pour l’autre. C’est du moins ce que pensait Santiago avant la mystérieuse disparition de son associé. Comble du sort, voilà Santagio obligé de supporter Laura, l’épouse d’Eugenio qu’il a toujours pris soin d’éviter. Le moins qu’on puisse dire est que Laura et Santiago ne s’apprécient pas, mais désormais, ils sont bien obligés de cohabiter en attendant le retour d’Eugenio.

Critique

Dans son dixième film, ‘El misterio de la felicidad’, le réalisateur argentin Daniel Burman tente d’analyser une question profonde -le mystère du bonheur- sur le ton léger de la comédie.

Une vie à deux réglée comme une horloge de précision dans le travail ou les loisirs, est subitement bousculée par le départ de l’un d’entre eux. Sauf qu’il s’agit d’amis de toujours et associés. Est-ce la fin d’ une ‘Bromance’ (brother + romance) entre les deux potes ? Plus que Laura -l’épouse sous calmants- (jouée par Inés Estévez) le plus désemparé par ce départ semble être Santiago (Guillermo Francella). Les deux protagonistes reconstituent un itinéraire à travers leur mémoire à la recherche d’Eugenio. Avec l’aide d’un ex-détective psy Lacanien, ses deux moitiés se complètent en découvrant des activités cachées par Eugenio à l’un ou à l’autre de ses partenaires. En chemin les deux perdent leurs certitudes. Veulent-ils vraiment le retrouver ou seulement comprendre ?

Peu à peu, ce road-movie mémoriel se concrétise et les deux abandonnés se mettent à la recherche d’une plage. Car pour retrouver Eugenio, il faut chercher dans ses rêves auxquels ils n’ont peut-être pas prêté attention. Les rêves doivent-ils être sacrifiés aux routines et compromis ou partagés ? Qu’est-ce qu’un couple ? Qu’est-ce que le bonheur ?

Ce film ne nécessite pas de connaître les détails de l’histoire du pays (comme pour ‘El Estudiante’). Cette comédie -universelle- est une excellente fenêtre pour profiter agréablement du cinéma d’Argentine.

Daneel
Felicidad, sortie le 29 octobre 2014
photo collage Eugenia Loli

2