3bdcca2eebdf93e4721d07039b10d127

 

C’est digne d’un scénario de thriller politique. Un attentat à Paris, une fusillade en banlieue et maintenant deux prises d’otages. Est-ce bien réel ?

Je repense au dernier film de Philippe Faucon (2012), La désintégration qui racontait la dérive sectaire d’un jeune Français d’origine maghrébine, confronté au racisme ordinaire et manipulé par un extrémiste. Le film posait déjà certaines questions essentielles : Pourquoi devient -on extrémiste ? Comment la France a pu engendrer de tels monstres ? Des réponses depuis, mais si peu d’actions…  La machine est déjà en route depuis de nombreuses années.

Aujourd’hui, il a fallu cette tuerie pour que nous devenions tous, en quelques heures des « Charlies ». Le prénom est sur le web, sur nos murs, dans les cours d’école, dans la rue, dans nos coeurs… Nous nous rassemblons afin d’être un seul corps, un corps uni pour combattre cette barbarie. A nous de trouver de nouvelles solutions pour vaincre nos peurs.

La devise de la République Française, « Liberté, Egalité, Fraternité » n’a jamais autant pris sens aujourd’hui.
Et, il y aura un avant et un après Charlie.

Alors que nous sommes en état d’alerte, que les hélicoptères survolent Paris, que les sirènes ne cessent de retentir à Montrouge et à Vincennes faisons bloc pour ne plus nous sentir impuissants.

Avant hier nous étions Place de la République, hier nous vivions une minute de silence, dimanche sera la grande marche : Des actions collectives qui nous rendent plus forts, nous aide à sortir de notre torpeur.

Mais que peux-t-on faire à titre individuel ?

Continuer à être libre.