34-serenades3

pierre-frey-louise-bourgoin

photo-1292179616173-1-0

12042648_504944536346371_2424364666504598092_n

Faim de pellicule aime créer un pont entre le cinéma et les arts. Ou du moins, mettre en avant des actrices ou des réalisatrices qui sortent de l’écran pour tenter de nouvelles aventures.

Ce mois-ci, c’est au tour de Valérie Donzelli d’être invitée à montrer ses photos à la Galerie cinéma ici. L’exposition s’intitule « De Myrha à Babylone » (Depuis le 18 septembre jusqu’au 14 octobre 2015) et raconte une histoire : Celle de Jeanne, qui vit et travaille rue Myrha dans le 18ème arrondissement de Paris et qui va tous les matins rue de Babylone dans le 7ème arrondissement pour accompagner son fils à l’école. Les clichés de Valérie Donzelli, (actrice, scénariste et réalisatrice) dévoilent un parcours poétique d’une inconnue dans le Paris d’aujourd’hui.

Dans un tout autre registre, retrouvez Anna Mouglalis au Monfort théâtre  du 6 au 10 octobre dans « Sérénade » une création musicale de Ninon Brétécher. Une histoire d’amour, une femme charismatique et passionnée qui n’a peur de rien, et surtout pas peur de déclamer. « Sérénade » s’ouvre sur la première déclaration, celle ou l’on prend le premier risque… de dire « je t’aime ». Un spectacle envoutant.

A voir aussi la très belle exposition du Mac Val ici intitulée « L’Effet Vertigo », la nouvelle installation des oeuvres de la collection avec entre autre celle d’Agnès Varda « La mer immense et La petite mer immense ». Agnès est notre chouchoute sur Faim de pellicule. La cinéaste a commencé à s’affirmer depuis les années 2000 en tant qu’artiste plasticienne. Elle aime ne pas faire de distinction entre la fiction et la biographie, le documentaire et le personnel. Une oeuvre intimiste qui évoque tous ses sujets sans frontières.

Et enfin, la collection noire et blanche d’imprimés de Louise Bourgoin chez Pierre Frey encore là qui est toujours disponible. Passionnée par le dessin, Louise Bourgoin ancienne diplômée des Beaux Arts, dessine avec passion à la plume, presque d’un seul trait des corps de femmes, s’interdisant de gommer ses erreurs pour mieux composer avec elles. Tapis, céramique peintes à la main et tissus, pour les cinéphiles fan de décoration.

Géraldine
Photo la femme au pinceau de Rebecca Szeto