287414.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

 

Résumé

La vie du joueur d’échecs américain Bobby Fischer, jusqu’à son match historique contre le Russe Boris Spassky, en plein milieu de la Guerre Froide.

Critique

Le challenge : réussir un film sur les échecs. Le storytelling fonctionne instantanément et le spectateur -même ignorant tout du jeu d’échecs est pris par le rythme dès la première scène. Ce biopic sur la vie du joueur Bobby Fischer est mené de main de (grand) maître par le réalisateur Edward Zwick.

L’Histoire –la Guerre Froide entre les deux superpuissances des années ’60- prend corps avec le parcours du jeune prodige devenant le champion de son pays. Les stratégies au plan international, au plan de la carrière personnelle et sur l’échiquier se croisent en permanence dans une lutte pour l’image. La compréhension des mouvements de cette période est facilitée par la reconstitution des décors, costumes et par l’utilisation ponctuelle du N&B, d’images type super8,…

Ce personnage cerné par la folie (incarné avec énergie par Tobey Maguire) force l’intérêt du spectateur, malgré l’agacement qu’il suscite parfois. Dans un contexte de père absent, son combat schizophrène entre les valeurs de son pays (Usa) et sa propre culture familiale russe lui fait parfois perdre ses repères et le pousse peut-être à écouter des voix divergentes.

Ce film à suspense est la preuve que la mise en scène et les acteurs peuvent rendre passionnants une activité austère, des faits déjà connus et une époque révolue.

 Daneel

 

2