050294.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Resume

Martin, désabusé pour avoir trop aimé et trop vécu, retourne chez son père, un horticulteur romantique en fin de course. Il y retrouve Gabriel, son jeune frère de 16 ans, exalté et idéaliste, qu’il va tenter de dégoûter de l’amour, sans relâche.

Critique

Le film ‘Un début prometteur’ d’Emma Luchini traite avec légèreté le thème de la dépendance : à l’alcool et autres substances, au jeu et enfin à l’amour.

Troublante, presque inquiétante par son aspect définitif et absolu, une déclaration d’amour du jeune Gabriel (Zacharias Chasseriaud, très convaincant) semble vouée à l’échec. Comment pourrait-il intéresser Mathilde la trentenaire (Veerle Baetens), entièrement tournée vers son addiction au jeu.

Le grand frère de Gabriel est un écrivain alcoolique, retranché dans un camping-car qui est un vrai bar à choix de boissons fortes. Dans ce rôle Manu Payet (‘Tout ce qui brille’, ‘Radiostars’), métamorphosé avec une barbe qui lui va à merveille, hypnotise superbement la caméra (et le spectateur). Un regard éteint dans un corps informe a remplacé les yeux vifs et espiègles que nous connaissons. La structure du récit est paradoxalement un point fort et une faiblesse. Sa force c’est de suivre la vie du personnage éthylique dans une sorte de mise en abyme. Dans le même temps, cela affaiblit l’attention du spectateur qui peut chercher parfois un lien entre deux séquences successives.

Surprise : la modération existe. On la trouve dans le jeu sobre de Fabrice Luchini, qui interprète le rôle du père des deux hommes.

C’est également un road-movie dans lequel la direction est donnée par la femme au trio masculin.

Petite réserve, on ne comprend pas bien comment s’insère une séquence insolite qui casse le rythme, une vieille chanson française du dix-neuvième siècle interprétée intégralement.

Deux séquences méritent une mention spéciale : un moment d’amour délicat et les scènes de danse filmées de l’intérieur pendant le mariage.

 Daneel