Grâce au retour en force du terroir et du bio, de nombreux bonbons anciens font leurs réapparitions. Nous voilà dans l’air du temps du home made, en vente dans des petites boutiques qui s’amusent à rendre nos papilles nostalgiques. Voici quelques adresses à Paris qui vont vous faire saliver :

A deux pas du Gaumont Parnasse, « Les bonbons »  au 6 rue Bréa dans le 6ème à Paris 01 43 26 21 15, des bocaux de bonbons qui vous feront tourner la tête, sucettes, guimauve, framboises fourrées, massepain, nougat, berlingots ou sucre d’orge, ambiance bonbons de grand-mère.

 

Avant d’aller voir « Somewhere  » à la Pagode, un ptit’ tour à la Grande Epicerie pour récupérer des barioliettes… Sinon, à commander sur le site web d’un apiculteur original et coloré « Ambroise et Ambroisine ». Les bonbons au coquelicot et miel ou à la violette et au miel sont délicieux…

 

En remontant vers le Pathé Wepler, « Karamell » une boutique rigolote dans le 9ème à Paris propose toutes sortes de guimauves douces et fermes, du réglisse salé, bonbons aux pouvoirs magique…

 

« Les Bonbons au palais » à 100 mêtres du cinéma l’Epée de bois, une boutique au décor original (une classe d’école années 50) pour cette confiserie aux bonbons de toutes les régions de France, pour les fans de berlingots et de calissons…

A savourer devant le grand ou petit écran… en se souvenant de ces films aux titres acidulés…

« Le Tueur aime les bonbons » réalisé par Federico Chentrens en 1968, « Rose bonbon » de Howard Deutch sorti en 1986 ; « Peppermint Candy » de Lee Chang-Dong, impressionnant flash back sorti en 2000 retraçant l’histoire de la Corée à travers la vie d’un homme ; « Royal bonbon» de Charles Najman sorti en 2003, une comédie dramatique originale et poétique ; « Bonbon au poivre » un moyen métrage avec Aure Autika de Marc Fetoussi, en 2005, qui se passe dans une confiserie dont on aimerai bien avoir l’adresse ; « Hard Candy » un film américain oppressant et dérangeant de David Slade (2006)…. et tant d’autres !

Géraldine